• Départ à la voile sans moteur

     

     

    On vient de finir notre petit-déjeuner, papa essuie la vaisselle et nous devons nous préparer à partir de l’autre côté de la baie en raison de la houle qui allait se lever. Papa regarde l’horizon avec les jumelles. Il nous alerte, une zone bizarre avec des gros rondins de bois qui se rapproche de nous.   Après quelques secondes de réflexion, c’est de la boue s’exclame papa ! comme il a plu pendant toute la nuit, elle à due dévaler les montagnes. Elle remplissait toute la baie. Un bruit nous fit nous retourner. c’est une vache qui beugle. Et il y a un torrent de boue ! Des vagues viennent de la plage.   MesAnges tourne dans tout les sens, il y a du courant. Papa et moi décidons de partir, ça craint de rester là. Mais il ne faut pas mettre le moteur, les saletés pourrait boucher les tuyaux de refroidissement et griller le moteur. IL y a peu de vent et pas mal de courant. Il faut ramasser la chaine à la main sous la pluie et faire un départ à la voile.  Papa va à l’avant, moi à la barre et prêt à sortir les voiles (génois et trinquette : les 2 voiles d’avant). Il faut être concentré car le courant nous dirige droit sur les cailloux.   Le peu de vent qu’il y a n’est pas en notre faveur, il faut faire du près. Apres 5-10 min pour remonter les 40 m de chaînes à la main (5m de profondeur).(une pensée pour le voilier Pinocchio =))   Papa me dit de sortir les voiles. Je les règles pour faire du près. Je vise les cailloux, j’ai pas le choix. Je vire à gauche pour continuer à remonter , mais le courant est trop fort. Il me laissa face au vent et me fait dériver vers les cailloux. Papa était occupé à l’avant pour rentrer l’ancre dans le davier. Il faut que je mette le moteur sinon on va s'échoueraller.   J’hésitais…   Bon il fallait prendre une décision car les secondes passent. Je devais allumer le moteur lorsqu’une brise vint faire faseyer les voiles puis les gonfle ce qui fait tourner le bateau à gauche et je reprends ma trajectoire en avançant tout doucement.   Toujours à la voile sans moteur, je continu à faire du près.

    Nous avons à peine 5km à faire et espérons y être dans l'après-midi, mais le vent, ou plutôt l'absence de vent nous fait prolonger cette navigation, assez sympa mais quand même inquiétante du fait de cette eau boueuse. Mais nous savons que le vent va se lever, et c'est la raison pour laquelle nous changeons de mouillage. Les 2 voiles d'avant ouvertes, nous avonçons doucement vers l'ance de Campomoro. Je prends la barre et Johan descend dans le carré. Quand au loint je vois des "moutons" sur la mer. J'appelle Johan, pour lui demander ce qu'il en pense et regarder avec les jumelles. Et sa réponse me confirme la mienne, le vent se lève. Mais aussitôt dit, le vent monte sans s'arrêter ... très brutallement, et très fort, 10, 20, 30 nds... la tension est palpable et nos deux voiles d'avant déroullées ne nous facilitent pas la tâche. 40 noeuds ! ! Je mets le moteur pour rester face au vent afin d'enroules les voiles, mais c'est trop dure. Elles commencent à se déchirer ... Après des efforts on y arrive enfin. Aintenant le vent est à 50 noeuds (près de 100 km/h)  La inutile de dire que c'est tendu. Les gilets ont été mis en catastrophe, et Hélène toujours en bas ouvre les deux battants et me lance : 

    "J'étteinds le four ? car j'ai deux gateaux qui cuisent "

    Ma surprise est grande, et ma réponse est simple : "Bah oui ..."  LOL

    Le moment est venu de décider où aller en pleine mer ou dans l'ance comme prévu. Choix difficile car les rochers à l'entrée de ce mouillage sont bien là et représentent un danger réel. La houle est en place et MesAnges tape dessus de plus en plus fort. Johan et moi échangeons rapidement sur le choix et décidons de nous diriger vers Campomoro pour nous protéger comme convenu. Maintenant, reste à faire demi-tour, avec cette houle et les bourasques violentes c'est pas une chose simple. 1, 2, 3 c'est parti, moteur à 2300 tours le virage est pris, mais il faut garder la trajectoire cae la mer nous fait virer et nous force à nous remettre face au vent. 2, 3 fois nous avons eu du mal à garder notre trajectoire !

    Les rochers sont passés, et nous rentrons dans l'ance. OUF ! l'ancre est mouillée, nous mettons un bon 50 mètres de chaines et MesAnges se balance au bout. LA tension est là, mais nous sommes tranquilles et bons pour aller nous restaurer avec un bon ...

    Mc Do maison .... OUAAA quel pied !!!!!!

    Ha, au fait, les gateaux sont super ...... bravo à Hélène c'est la meilleure !!


  • Commentaires

    1
    tatie chantal
    Samedi 3 Octobre 2015 à 18:55

    salut les matelots, beaucoup de chose à lire, il y a plein de suspens dans vos lectures. Est ce que le calme est revenu ? Et la femme des marins comment va t elle ? on ne la voit plus, elle est toujours sur le bateau ? elle a réussi à faire ses gâteaux avec le bateau qui bouge sans arrêt !!!! Nous, aujourd'hui, ns avons fait une rando de 15 km à Barbechat  et sous le soleil puis pique nique.

    bisous et à +

     

    2
    Dofasol
    Dimanche 4 Octobre 2015 à 11:37
    Bonjour les aventuriers, j'ai l'impression que ça ne va pas être facile de se donner rendez-vous en décembre aux Canaries! Ou peut être en Andalousie. Bon déjà vous vous êtes plutôt bien sortis des intempéries. C'est le principal. Bonnes navigations. Bises
    3
    Vendredi 16 Octobre 2015 à 15:55

    Bonjour Dofasol et Tati Chantal,

    Et oui quel suspense !

    Oui le calme est revenu quasiment 2h après ce coup de vent assez féroce.

    Quant à la femme des marins, elle supporte tant bien que mal ces moments plutôt rudes. Sur le coup, des cris, et des phrases du genre : "est-ce que je ferme le gaz, car j'ai deux plats à cuire ?? ! ??" Mais comme ces épisodes ne durent guerre plus de 45 mn, on a pas le temps de se poser des questions métaphysiques ou sur nos choix... Mais des leçons à en tirer, ça oui.

    Idem pour les nuits sous la houle qui fait tanguer MesAnges à un point de nous faire tomber du lit (c'est ce qu'elle dit). Le lendemain de ces nuits agitées comme hier soir, le soleil est réparateur et la température aussi. Alors un petit tour en boulangerie et hop c'est oublié, ou presque.

    Je dirais donc qu'elle s'étonne elle-même, et nous aussi.

    Pour répondre à la question : ça ne va pas être facile de se donner rendez-vous en décembre aux Canaries!

    Et oui, nous avons mis du temps sur nos navigations, descendre la Corse, la remonter vers Elbe puis descendre vers Rome et Naples nous a retardé. Du coup nous avons pris notre temps dès que je me suis aperçu de cela (fin août). Par conséquent, notre replis se trouve comme l'hivers dernier vers la côte cannoise car le coin nous va bien et cela est pratique pour toutes nos activités d'entretien, d'amélioration et quelques réparations. (effectivement dans notre dernier coup de vent, la trinquette a "trinqué" lol , non pas drôle, la voile s'est quelque peu déchirée à la hauteur de la barre de flèche, du coup, réparation obligatoire.

    Alors pour se voir aux Canaries ... mais nous ne sommes pas contre de vous voir dans d'autres lieux ! Comme les Bennais.

    D'autres articles sont en cours car nous ne sommes arrêtés qu'à la hauteur de Campomoro pour se protéger du coup de vent.

    A bientôt, et merci de vos commentaires,

    Le capt'ain

    4
    Soso de Brest
    Jeudi 22 Octobre 2015 à 19:46

    Coucou la famille de navigateurs !

    Je viens aux nouvelles, comment va tatie ? Pas trop mal à la tête ?

    Vous vous occupez bien d'elle ?

    Gros bisous à tous les 3

    Sophie

    5
    Jeudi 22 Octobre 2015 à 20:22

    Coucou solo, merci de prendre des nouvelles de tatie,

    elle a commence à reprendre des forces, mais toujours sous le choc.

    Elle est entre de bonnes mains happy

    Bisous

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :